Receler



La peau n'est pas nue
La peau n'est pas saine
Leurrée par la blancheur des bandages
La main que l'on tend est celle que l'on coupe
Enveloppée des pansements du soupçon

S'obstiner à se prolonger
S'abstenir de s'émouvoir à vif
Enroulée sous les asepsies de l'ambivalence
Celles moins désinfectées des renoncements
Perdre toutes les fois mais, on dit
C'est pour quelque chose
Un mieux dans le néant
Une promotion dans l'indifférence

Pourtant la peau message ce qu'elle entend
Vide ici, éviscérée là
Sous son mutisme, la peau recèle le génie
Et pour le reste, on peut bien penser, on n'y voit que du feu
Toujours
Sans vraiment comprendre
Pour qui la nécessité fait loi




Mars 2015