S'enfoncer




La verticalité n'est plus un dû
Le seul mouvement sensible pousse vers le bas
L'enfoncement
Le lieu humide de l'inconsistance
L'oubli enfin, l'attente sans fond de l'oubli fini
La mémoire est tant striée qu'on ne peut plus rien y lire
Raclée par tout ce que d'autres ont inscrit
Avec leurs voix, leurs certitudes si furieuses
 Aucune fuite n'ouvrira l'effacement

L'envahissement s'est imposé jusqu'à gommer le jour et ses prospections
Ce que l'envie de parler est devenue, le faux espoir d'un faux-ami 
L'enfoncement à plat dans une strate muette
Il reste la voix de la désespérance
Mais qui la reconnait se sait absorbé jusqu'à l'implosion dans les lois de sa gravitation
 Déblayer les matières, ranger les idéaux, s'enfoncer
Bien en rang, à sa place
Pour sombrer dans la seule matrice acceptable
Le sol patient
 Le balbutiement encore inconnu du rien






Avril 2015